Présentation du CIFRES

Le CIFRES, est né dans les années 70, en pleine période de révolution sexuelle.

Dans un enthousiasme créatif, Catherine Cabanis, Réjean Tremblay, Michèle Bonal, ont créé le Centre International de Formation et de Recherche en Sexualité.

Leur rêve fondateur était d’enseigner et de promouvoir une vision intégrative et développementale de la sexualité humaine, et d’en imprégner notre société.

A l’instar de l’O.M.S. donc le premier texte sur la santé sexuelle venait d’être publié, ils ont eu ce projet humaniste de diffuser une conception hollistique de la sexualité, comme élément important du bien-être et du développement de la personne humaine.

Inspirés par l’UQAM (Université du Québec à Montréal), le CIFRES a rapidement eu pour projet d’enseigner et de diffuser une approche de la sexualité dans une conception multimodale du changement de la personne, tout en tenant compte du fait qu’elle vit dans une société.

L’éthique qui a toujours animé le CIFRES, est celle d’une approche scientifique, neutre au regard de la morale, d’une défense de la liberté de la personne dans la forme d’expression de la sexualité à laquelle elle aspire (pour peu qu’elle ne soit destructrice ni pour elle, ni pour les autres), et d’une lutte pour une vision de la sexualité qui ne soit plus le résultat de croyances mais d’éléments objectivables.

Cette approche éthique tranparait en permanence dans toutes les actions du CIFRES : journées annuelles, enseignements.

Plusieurs membres importants sont venus rejoindre l’association et l’histoire du CIFRES s’est poursuivie par des rencontres clés :
Celle de Jean-Yves Desjardins, que Catherine Cabanis, Michèle Bonal et Claude Roux-Deslandes sont allées rencontrer au Québec, et qu’elles ont aidé à développer l’enseignement du Sexocorporel tel qu’il est aujourd’hui en France et dans le monde francophone.

Celle de Francis Pontonnier, Professeur d’urologie à Toulouse, avec lequel ils ont créé l’enseignement universitaire de sexologie toulousain, fortement épaulés par Danièle Lalonde.

Sont venus rejoindre le CIFRES plusieurs figures clés telles que Maryvonne Desbarrats et Jean Peyranne qui l’ont aussi enrichi de leur réflexion (développement psychosexuel de l’individu, l’imaginaire érotique…).

Aujourd’hui, c’est la deuxième génération, composée de ceux qui ont été formés par ses fondateurs, et qui eux-mêmes ont déjà formé la troisième génération, déjà impliquée avec nous, qui apporte son dynamisme et son enthousiasme.

Nous poursuivons cette œuvre, dans la même approche éthique, d’une neutralité non militante, faite d’accueil, d’observation, de réflexion sur les évolutions de notre société actuelle et le sujet de la sexualité, toujours animés de notre curiosité scientifique constante.

Et nous y participons par le choix résolu d’un travail de terrain, au contact des professionnels de tous horizons, dans leur contexte, et du grand public par nos toutes formations et nos conférences.

Nos deux facettes, l’Education à la sexualité et la Sexologie, sont en lien par les inévitables interactions entre l’individu et la société dans laquelle il vit. Elles interagissent entre elles, s’enrichissent en permanence et alimentent notre réflexion qui reste dynamique, vivante, et toujours créative.

Elles ont donné lieu en 2005, sous l’impulsion de Réjean Tremblay, à la naissance de deux diplômes universitaires qui sont le DU de Formation en Education à la Sexualité et en 2016 le Master en Sexualité Humaine.

Le CIFRES reste un laboratoire de réflexion et d’expérimentations, y compris pédagogique. Nous espérons continuer à jouer un rôle précurseur. Et nous restons en lien fort avec l’enseignement universitaire.

Nous continuons à poursuivre le chemin du rêve fondateur en œuvrant pour une société dans laquelle la liberté d’expression et du vécu de la sexualité selon le choix de chacun, sans jugement moral, et la possibilité d’être accompagné par une éducation digne de ce nom et aidé tout au long de sa vie, par une sexologie intégrative, de sa petite enfance à son dernier jour.

« La sexualité est un langage, une ouverture sur le monde, un éveil de notre personnalité, un moyen de communication de nos sentiments les plus intimes, une des dimensions humaines les plus importantes de la vie  » Réjean Tremblay